domingo, 28 de setembro de 2014

é emoção

Je préfère avoir une vision globale de la question de l'émotion. Définir exactement le point - l'image, le moment, la parole, le geste, le regard - qui déclenche l'émotion est superflu, c'est inutile parce que ça n'explique rien. Les films ont des sommets d'émotion que la vie n'a pas: ils ne sont donc pas la représentation de la vie au sens historique. Ils sont plutôt une abstraction qui résulte du passage de la vérité à la figuration indirecte et relative de la vérité. L'émotion est l'abstraction. C'est un effet qui découle de l'art - l'art est émotionnel. Quand quelqu'un raconte un événement, il raconte ce qu'il pense s'être produit. Mais, en vérité, c'est qui s'est passé est forcément différent, c'est autre chose. 
Le tragique est une classification propre à l'art, non pas à la vie.  

Cahiers du Cinéma, numéro 700, Manoel de Oliveira. 

Sem comentários:

Enviar um comentário